What is Sequestration?
Definition of Federal Budget Term
By Tom Murse, About.com Guide

.See More About:federal budgetnational debtfederal deficitpolitical terms
Sequestration is a term used to describe the practice of using mandatory spending cuts in the federal budget if the cost of running the government exceeds either an arbitrary amount or the the gross revenue it brings during the fiscal year.

Simply put, sequestration is the employment of automatic, across-the-board spending cuts in the face of annual budget deficits.

Official Sequestration Definition
http://uspolitics.about.com/od/thefederalbudget/a/What-Is-Sequestration.htm

=======================
ÉTATS-UNIS • Coupes budgétaires : et si ce n’était pas catastrophique ?

Les coupes budgétaires automatiques, à la suite du bras de fer entre les républicains du Congrès et la Maison-Blanche, entrent en vigueur le 1er mars. Le président Obama, qui a multiplié les mises en garde, pourrait perdre de sa crédibilité si ces mesures ne perturbent pas réellement le pays.
NPR |
Frank James |
1 mars 2013

Le chef de file des républicains au Sénat, Mitch McConnell, lors d’un point presse sur le budget au Capitole (Washington), le 26 février 2013 – AFP

Pendant plusieurs semaines, le président Barack Obama a prévenu les républicains du Congrès et l’opinion publique américaine que le pays risquait gros si le sequester, c’est-à-dire les coupes budgétaires automatiques, entrait en vigueur ce 1er mars. Il est fort possible que de jeunes enfants soient radiés du programme Head Start [qui propose aux familles pauvres des services pour le développement de l’enfant], que des agents du FBI soient mis au chômage partiel et que le nombre d’inspecteurs sanitaires soit réduit, a ainsi averti le président.

Les coupes peuvent en effet déclencher ce type de problèmes, mais aussi d’autres désagréments comme de plus longues files d’attente dans les aéroports, et le Congrès et les électeurs ne pourront pas dire que personne ne les avait prévenus.

Mais si la procédure, dont le but est de réduire les dépenses fédérales de 85 milliards de dollars [64,3 milliards d’euros] entre le 1er mars et la fin septembre, s’avérait moins catastrophique que ne le pense Barack Obama ? Quelles seraient alors les conséquences pour sa crédibilité et son capital politique ?

Tout d’abord, l’entrée en vigueur même du sequester peut être utilisée contre le président. Pourquoi ? Simplement parce qu’il existe des images filmées où on le voit affirmer que la situation n’en arrivera pas là. Pendant l’un des débats de la campagne présidentielle, en octobre 2012, Obama a fait la réponse suivante à l’une des piques du candidat républicain Mitt Romney qui lui reprochait de saper les capacités de l’armée : “Je veux commencer par rappeler que ce n’est pas moi qui ai proposé le sequester, mais le Congrès. Cette proposition ne se concrétisera pas.”

Perte de crédibilité

Mais ce n’est pas la seule ombre au tableau, puisque le public pourrait bien ignorer royalement les restrictions budgétaires. Ce scénario est tout à fait envisageable puisque les coupes automatiques qui concernent des secteurs très divers ne seront pas appliquées toutes en même temps.
Ainsi, les premières semaines de mars pourraient se passer sans que les services publics soient suffisamment bouleversés pour que les Américains qui ne vivent pas dans la capitale fédérale s’en rendent compte.

Si le train de réduction des dépenses fédérales de 1 200 milliards de dollars sur dix ans est plus lent et indolore que prévu, alors les avertissements du président sur la catastrophe imminente paraîtront complètement hors de propos. Cette discordance risque d’être exploitée par de nombreux républicains sceptiques qui accusent le président de crier au loup.