La langue de l’Europe, c’est la traduction

 

 








La traduction comme réponse à la volonté d’une Europe qui veut rapprocher les peuples ? La Commission a lancé le défi de sensibiliser les jeunes européens aux études de traduction. A l’heure où, le secteur de la traduction se doit de répondre à des besoins de plus en plus grandissants, cette initiative ne semble pas être un vain challenge !

La traduction au nom du rapprochement des peuples

Lancé en 2007, le concours Juventus Translator a pour objectif de sensibiliser les élèves de l’enseignement secondaire aux études de traduction. La quatrième édition du concours (2010) misera sur la volonté d’une Europe qui veut rapprocher les peuples. Aussi, ce rapprochement escompté ne peut être atteint que dans la compréhension de l’autre dans sa différence et sa particularité : sa langue. A défaut de pouvoir parler d’une langue européenne dans une union à 27 Etats membres et 23 langues officielles, la communication et donc, le rapprochement des peuples est rendu possible grâce à la traduction.

Avant d’apprendre et entreprendre, il faut d’abord comprendre

Le mot d’ordre du concours Juventus Translator est de traduire pour aider les jeunes du même âge à comprendre un texte rédigé dans une autre langue. En pratique, chaque participant est libre de choisir la langue source et la langue cible de sa traduction parmi les 23 langues officielles de l’UE : allemand, anglais, bulgare, danois, espagnol, estonien, finnois, français, grec, hongrois, irlandais, italien, letton, lituanien, maltais, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovaque, slovène, suédois et tchèque.

Chaque traduction est notée par un traducteur de la Commission. Ensuite, un jury présidé par le directeur général de la direction générale de la traduction (DGT) choisi la meilleure traduction dans chaque état membre sur base des critères suivants :

  • précision du texte,
  • capacité à écrire correctement (choix des expressions et de la grammaire),
  • aisance de l’écriture,
  • créativité des solutions.

Les 27 meilleurs traducteurs, un par Etat membre, sont invités à Bruxelles pour assister à la cérémonie de remise des prix où ils représentent leur école et reçoivent un certificat d’excellence linguistique.

En route vers le métier de traducteur

Etre capable de comprendre une langue différente de la sienne est la condition sine qua non à tout épanouissement tant personnel que professionnel dans une Europe aux frontières en constant élargissement. Ce constat semble parfaitement intégré par les jeunes étudiants qui ont répondu favorablement et avec enthousiasme à la troisième édition du concours (2009) : « … Une hausse de 30% du taux de participation par rapport à l’an passé démontre que les jeunes sont de plus en plus attirés par l’apprentissage des langues » soulignait Mme Vassilou, commissaire à l’éducation, la culture, le multilinguisme et la jeunesse à la veille de la remise des prix aux lauréats du concours 2009.

Pari réussi pour la Commission ! Cette expérience incite les participants à poursuivre des études de langues avec l’espoir pour ces jeunes d’un jour exercer ce métier au nom de leur désir d’apprendre, de comprendre et de rassembler les peuples !

* Phrase prononcée lors de la conférence que Umberto Eco a donnée aux Assises de la Traduction littéraire en Arles, dimanche 14 novembre 1993.

Termes:

 traduction Europe concours